Les vœux du Bâtonnier

Mesdames, Messieurs les Bâtonniers,

Chers Confrères,

Comme le veut la tradition, je vous présente ainsi qu’à vos proches, mes vœux les meilleurs pour cette année nouvelle : chance en dose infinie, petits et grands bonheurs.

Nous sommes à l’heure des résolutions : que cette nouvelle année puisse notamment vous permettre de dépasser vos craintes et appréhensions parfois, dans les nouvelles technologies qui feront de plus en plus partie de notre univers professionnel.

L’ancien bâtonnier de Paris, Frédéric Sicard, déclarait en 2016 : « faire du droit, c’est restituer une application humaine de la règle. L’usage de la visioconférence est parlant : très souvent, la personne jugée par caméra interposée ne comprend pas la décision rendue. On le lit dans son regard. Inversement, un écran ne vous dira jamais les yeux dans les yeux quelle est la nature du problème. La machine est un moyen, pas une finalité ».

Les avancées technologiques ne feront pas faire de miracles : les robots ne pourront remplacer les professionnels du droit, je m’y engage ; tout comme l’acte de juger, la mise en place d’un système de défense pour son client ne pourra être dicté par un robot. Celui-ci ne peut faire preuve d’imagination, d’intuition, d’innovation, de créativité…lesquelles restent l’apanage du professionnel du droit, de l’avocat.

Toutefois, cela ne signifie pas que l’avocat ne doit pas s’obliger à entrer de plein pied dans ce qu’on appelle communément la révolution digitale qui touchera inéluctablement toutes les professions.

Nous devons absorber ces progrès technologiques pour optimaliser les services que nous rendons à nos clients. C’est en étant toujours plus professionnels et compétitifs sur le marché « du droit » que nous assurerons la pérennité de la profession d’avocat.

Nous avons l’occasion de faciliter certaines tâches de notre quotidien grâce aux innovations technologiques : saisissons notre chance !

Un esprit chagrin m’a dit que c’est une exagération écrite de parler des seules bonnes choses que l’auteur de la liste aura réalisées dans le passé en même temps qu’une liste de qualités qu’il voudrait avoir pour en réaliser d’autres.

C’est pourtant dans cette optique que sont déroulés trois carrefours de l’informatique et de l’innovation les 19 et 25 novembre ainsi que 12 décembre 2019. Avec les membres de la commission de l’innovation, nous avons pu rencontrer des représentants de +/- 80 cabinets d’avocats liégeois.

Nous avons pu entendre, lors d’échanges très constructifs, leurs attentes, leurs craintes, leurs aspirations et souhaits.

L’Ordre s’engage notamment à vous proposer durant le premier semestre 2020 des workshops pour répondre à la prise de conscience du barreau de l’utilité du recours aux technologies actuelles pour améliorer sans cesse son seuil de compétence.

A l’avenir, il y aura de plus en plus d’outils d’aide à la prise de décision et il est impératif de les découvrir et se les approprier afin d’optimaliser la qualité de nos services.

Il est essentiel que les avocats du barreau de Liège prennent pleinement possession des clés de leur destin professionnel en s’investissant dans l’innovation, laquelle est réellement porteuse d’espoir.

Je remercie vivement l’ensemble des confrères qui œuvrent très souvent dans l’ombre, consacrant régulièrement et bénévolement du temps à notre barreau au service de tous !

Sans eux, le barreau de Liège ne pourrait répondre, dans les mêmes conditions, aux nombreuses missions qui lui sont dévolues.

Une pensée toute particulière est adressée aux confrères qui rencontrent des difficultés. La solidarité est et doit rester une priorité.

Une professionnalisation de la solidarité est devenue nécessaire. L’Ordre a mis en place une structure pour soutenir les confrères qui ne peuvent faire face à toutes les vicissitudes de leur vie personnelle et/ou professionnelle.

L’année 2020 verra se poursuivre nos efforts pour que, tant en matière de santé que d’appui professionnel, le barreau puisse apporter un soutien utile à ceux-ci.

                                                           ********************

Voilà ce à quoi j’aspire particulièrement pour notre barreau en ce début d’année.

Souhaiter est une chose, avoir des buts et les réaliser en est une autre, la première est du ressort de la pensée, la seconde de l’action.

Et vous, Chers Confrères, avez-vous sur votre liste des souhaits que l’Ordre pourrait mettre dans son plan d’action ? Il reste à votre écoute.

Certains lisent le passé, d’autres tentent de prédire l’avenir.

Ensemble, assurons le présent pour parfaire notre futur.

Je vous souhaite une excellente année 2020 !

Très confraternellement.

 

Bernard Ceulemans
Bâtonnier